Qu’est-ce qu’une Institution de microfinance ?

Aujourd’hui les IMF proposent essentiellement des microcrédits, mais certaines offrent également d’autres types de services : épargne, micro-assurance, services d’accompagnement et de formation.

La grande particularité d’une Institution de microfinance réside dans la dualité de ses objectifs qui sont à la fois sociaux (contribuer au développement, à la lutte contre la pauvreté) et économiques, puisque l’IMF doit être pérenne et financièrement équilibrée. Cette dualité lui permet d'assurer ses activités sur la durée et de soutenir toujours plus de micro-entrepreneurs sur le terrain.
 

Comment travaille une Institution de microfinance ?

Le fonctionnement d’une Institution de microfinance peut être comparé à celui d’une banque en ce qu’elle doit trouver de la ressource financière pour prêter. Différence de taille, l’Institution de microfinance doit s’adapter à sa population cible qui se trouve dans une situation précaire.

Les micro-entrepreneurs font ainsi appel à l’Institution de microfinance pour obtenir un microcrédit. Cette dernière envoie des agents de crédit sur le terrain qui ont pour mission de rencontrer le micro-entrepreneur afin d’évaluer sa solvabilité, de mesurer ses besoins pour lui fournir un service adapté, et enfin de l’accompagner dans la réalisation de son projet. L’Institution de microfinance maintient des liens très étroits et individualisés avec ses bénéficiaires.

La décision de l’octroi du prêt est prise par un comité au sein de l’Institution de microfinance. Le bénéficiaire rembourse ensuite son prêt par l’intermédiaire de l’agent de crédit ou en se rendant directement auprès de l’agence de l’Institution de microfinance à laquelle il est rattaché.

Pourquoi travailler avec des Institutions de microfinance ?

Il s’agit là d’un point essentiel du modèle et de la stratégie de Babyloan. Nous ne pouvons nous substituer au travail des Institutions de microfinance, qui s’occupent d’octroyer les crédits, de les recouvrer et d’effectuer un accompagnement social. Par ailleurs, prêter directement aux micro-entrepreneurs serait très compliqué car dans de nombreux cas ceux-ci n’ont pas accès à internet et ne savent ni lire ni écrire. De plus, l’absence d’intermédiaire sur le terrain expose les prêteurs à un risque élevé de non remboursement, tel que cela a pu être constaté sur d’autres sites.

 

Nos Institutions de microfinance partenaires

  • Le microcrédit au Pérou avec Fondesurco
  • Le microcrédit au Kenya avec JCS
  • Le microcrédit en Ouganda avec Hofokam
  • Le microcrédit au Nicaragua avec Afodenic